Évitons le langage religieux

En d’autres termes, il s’agit ici de tout le langage purement évangélique qui nous est propre alors que beaucoup de personnes extérieures à l’église n’y sont pas habituées.
Combien d’entres seraient capables de comprendre, d’un seul trait, un cours de physique nucléaire sans avoir jamais étudié la question ?
Si on veut que les personnes non-chrétiennes soient touchées par le message et le comprennent, il est nécessaire que notre langage soit le plus abordable possible. 
Si nous accueillons une personne nouvelle dans nos groupes de croissance il est primordiale de s’assurer qu’elle comprenne ce que nous disons. 
Cela fait penser à ce prédicateur qui, chaque dimanche, à la sortie de son culte demandait à des enfants de 6 à 8 ans s’ils avaient compris son message, pour s’assurer que tous l’aient bien compris.
Remplaçons donc les termes comme l’Agneau, la rédemption, la repentance… par des mots plus simples et connus de tous qui veulent dire la même chose.
On utilise ces termes de manière tellement mécanique, sans penser que la personne à qui l’on témoigne n’en connaît pas (ou très peu) la signification.
Peut-être sera-t-il nécessaire de paraphraser, (cela signifie de dire en plusieurs mots ce que l’on peut dire en un seul). Cela permettra aussi d’être beaucoup plus explicite et compréhensible.
En résumé, attention lorsque nous témoignons aux mots que nous employons.
Ce contenu a été publié dans Conseil, Éviter le langage religieux, Langage religieux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *