Conseil pour faciliter une discussion de groupe

Pour de nombreux facilitateurs de groupe de croissance, l’une des choses les plus difficiles qu’il ait à faire est d’animer une discussion de groupe. Très peu d’entre nous pensent que nous avons toutes les bonnes réponses, ou que nous pouvons répondre à toutes les questions. Pour en ajouter d’avantage, il est encore difficile, voir impossible, de mesurer si nous faisons du bon travail ou pas.
Mais voici la bonne nouvelle: Ce n’est peut-être pas vraiment une chose facile pour n’importe qui d’animer une discussion de groupe. Dites-vous seulement que nous n’avons pas à avoir toutes les bonnes réponses. Nous n’avons pas à mener la discussion parfaitement à chaque fois. Nous n’avons même pas a passer à travers tout le matériel à chaque réunion! Il nous suffit simplement d’être naturel, d’être nous-mêmes.
Lorsque nous, nous exerçons dans notre petit groupe, notre objectif principal est de créer la discussion. Nous voulons amener les gens a réfléchir sur le sujet et a créé un environnement sûr afin qu’ils puissent partager leurs réflexions. Nous avons également a faire en sorte que les membres du groupe se sentent valorisés dans ce qu’ils sont.
C’est tout ce que nous avons à faire. Heureusement, il existe des pratiques établies et des principes qui peuvent nous aider à accomplir ces objectifs.


1. Poser les bonnes questions
L’une des compétences les plus importantes dans le petit groupe est de ne pas avoir toutes les bonnes réponses, mais de poser les bonnes questions. Voici quelques secrets sur comment poser une bonne question.


Demander des questions ouvertes. Évitez les oui / non, vrai / faux, les questions à choix multiples : « Jésus est la brebis ou le pasteur dans cette parabole ? » De même, évitez de poser des questions qui rejoignent le niveau des jeunes de l’école du dimanche comme :
« Pourquoi Jésus est-il mort sur la croix ? » Au contraire, Vous voudrez poser des questions qui demandent aux personnes de partager une véritable pensée et de véritables sentiments.


Poser des questions à développement. Beaucoup de gens répondent de façon évasive ou superficiellement aux questions que vous posez. Ne vous arrêtez-pas là. Poser plus de questions afin de leur permettre de répondre ce qu’ils vivent. Voici quelques exemples de bonnes des questions à développement qui forceront les personnes à répondre sincèrement:
  • Qu’est-ce qui vous fait dire cela?
  • Comment vous sentez-vous à ce sujet?
  • Comment pensez-vous que vous auriez été touché si vous aviez vécu à l’époque de Jésus?
  • Comment pourriez-vous expliquer votre réponse à un non-chrétien, un ami ou un voisin?
L’idée est d’obtenir à la base ce que les gens pensent vraiment et de simplement les aidé à exprimer clairement leurs pensées et ou leurs émotions.


Développer une argumentation. Nous ne pouvons pas toujours être d’accord les uns avec les autres et avec chaque mot que chaque auteur nous dit. Ceci en ferait un groupe assez ennuyeux et d’un débat quelque peu inutile voire inexistant. Le but de discuter des choses est en fait d’obtenir différents points de vue et de débattent avec les questions!  En fait souvent tout est question de perspective. Deux personnes qui regardent une tasse ne peuvent avoir la même certitude et la même vision. Pour l’une d’entre-elle il est évident que c’est une tasse. Tandis, que pour l’autre si elle ne voit pas l’anse elle ne pourra certainement pas dire avec certitude que c’est une tasse. Nous avons différents points de vue et il est bon de les exprimer sans être jugé. N’oublions pas de toujours mentionner ce que la Bible dit du sujet que nous discutons. Voici quelques exemples de questions qui peuvent aider a créé la discussion en jouant un peu « l’avocat du diable »:
  • Êtes-vous vraiment d’accord avec ce que l’auteur dit dans ce chapitre? Pourquoi ou pourquoi pas?
  • Pourquoi Dieu a-t-il choisis de travailler de cette façon? Aurait-il pu travailler  autrement ?
  • Que diriez-vous à quelqu’un qui n’est pas d’accord avec cela?
  • Pourquoi avons-nous vraiment besoin de le faire comme ça? 
  •  Pourquoi ne pouvons-nous pas tout simplement le faire comme nous voulons ?
Assurez-vous de garder le cap. N’oubliez pas qu’il est important d’appliquer ce que nous apprenons, dans la mesure du possible. Le cap ou l’objectif est de voir des vies changés plus tôt que de voir des personnes plus intelligentes. Ce n’est pas ce que nous savons qui nous transforme, c’est ce que nous mettons en pratique de la parole de Dieu. Dans la mesure du possible essayez toujours de faire en sorte de conclure avec une application pratique dans les vies. Voici quelques exemples de questions qui peuvent vous aider à conclure:
  • Comment pouvez-vous modifier votre point de vue sur cette question?
  • Une chose que vous pourrez faire différemment cette semaine ?
  • Comment est-ce que je peux appliquer ce principe dans ma vie.


2. Création d’un environnement de confiance
La confiance est peut-être la clé la plus essentielle pour vraiment faire de votre petit groupe un lieu où une véritable communauté peut être formée. Les membres du groupe doivent être en mesure de se faire confiance les uns les autres et d’être convaincu que le groupe est un lieu sûr, un lieu où ils peuvent obtenir de réel réponse à leur besoin et de savoir qu’ils ne seront pas jugés et ainsi de suite. Un groupe où la confidentialité est un principe respecté.
Donc, comment faire pour créer cet environnement de confiance? Il y a quelques mesures importantes que vous pouvez prendre. Tout d’abord, assurez-vous de couvrir la vie privée et la question de sécurité dans votre groupe avec des lignes directrices ou d’alliance. Par exemple dites-leurs que tout ce qui ce dit dans le petit groupe reste dans le petit groupe.   N’hésitez pas à rappeler ces directives chaque fois qu’une nouvelle personne se présente au groupe. Et comme le leader, assurez-vous d’être ce modèle de sécurité et de confidentialité !
Lorsque quelqu’un quitte le groupe il est important comme leader que vous, vous assuriez que cette close de confidentialité soit respecté par cette personne. Rencontrez-la en privé et assurez-vous qu’elle soit discrète dans ses commentaires. Vous n’avez certainement pas le contrôle sur les personnes, mais n’oubliez pas que vous êtes le berger de votre groupe et que vous devez faire en sorte de le protéger.
En outre, éviter de donner des conseils au sein du groupe-par exemple : « Eh bien, si j’étais vous, je ferais ceci …». C’est l’une des façons les plus rapides d’encourager quelqu’un à partir de votre petit groupe. Lorsque vous entendez d’autres membres du groupe commencer à  faire ce genre de conseil, doucement rappeler- leur que nous sommes là pour écouter, pas pour donner des conseils.


3- Diriger des personnes difficiles
La difficulté de petits groupes est qu’ils impliquent différentes personnes et que parfois certain caractère demande à être traité avec prudence. D’autres vivent dans le désordres et entrainent les plus faibles dans leurs désordres. Quelqu’un à dit : « Tout le monde est normal jusqu’à ce que vous arriviez à les connaitre. » cela m’inclus également !
Voici quelques-unes des situations communes que vous rencontrez et quelques conseils pour les aborder avec grâce:


Le grand parleur. Cette personne a toujours beaucoup à dire, et aime à être le premier à le dire. Rappeler à tout le monde dans le groupe de lignes directrices qu’il s’agit d’un groupe d’égalité de participation. Donc, si vous avez 10 personnes dans le groupe, vous voulez que  chacun ait 10 pour cent de la discussion. Si le problème persiste, parlez-en à la personne en dehors du groupe. Dites-lui que d’autre personne ont également besoin de s’ouvrir et de parler. Parfois, vous pouvez aller aussi loin que de leur demander de s’engager à ne pas être la première personne à répondre à une question, ou seulement à répondre lorsque vous leur demandé.


Ceux qui ne parlent pas. C’est la personne dans le groupe qui ne veut pas partager. Vous pouvez lui poser une question directement et attendre une réponse. Si cela ne fonctionne pas, parlez-en à la personne en dehors du groupe. Encore une fois,  dites-leur qu’ils contribuent à l’épanouissement du groupe et faites-leur savoir que vous voulez connaître leur point de vue. Rappelez-leur la valeur que tous les points de vue si différent soit-ils sont bienvenu dans le groupe.
Rappelez-vous l’objectif final d’un groupe de discussion est le changement de vie, Donc, rester ouvert à l’Esprit Saint au cours de chaque réunion du groupe. Suivez-le, là où il vous mènera. Certaines des plus mémorables réunions de groupe peuvent se produire lorsque le leader est prêt à supprimer le plan pour répondre à un besoin spécifique, ou faire quelque chose d’amusant et de spontané.
Il est également important de passer du temps dans la prière avant chaque réunion de groupe. Demander à Dieu de mener les discussions. Demandez-lui également un apprenti, que vous pourrez former et qui pourra certainement vous aider dans votre tâche. Impliquer votre épouse. Elles a un rôle à jouer très important au sein du groupe.
Rappelez-vous que Dieu est celui qui fait le travail dans le cœur des gens, nous ne sommes pas responsables pour lui! Nous créons simplement un environnement permettant que des vies soient changées.
Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *