Trois qualités qui vous permettrons de bien réussir

Pour bien diriger et réussir dans n’importe quel domaine, vous devez être doué de trois qualités spécifiques :

1- Être capable de vous engager à 100%. Les leaders dignes de ce nom ne se rendent jamais. Même s’ils le voulaient, ils en seraient incapables ! Un paroissien demanda à son pasteur : « Ce doit être vraiment difficile de vivre une vie exemplaire, de faire face à toutes les pressions de votre position, de gérer tous ces gens qui sont à l’affut de votre moindre faux-pas ! Comment arrivez-vous à vous en sortir ? » Le pasteur sourit et répondit : « Je reste le plus souvent possible chez moi ! » C’est seulement avec l’aide de Dieu que vous serez capable de faire face aux pressions des autres, aux exigences et aux problèmes de la vie quotidienne.

2- Etre doué de créativité. Homère a écrit : « Les situations difficiles sont le terrain idéal pour l’éclosion de talents qui, en temps de prospérité, seraient restés dans un état de léthargie. » Votre créativité s’épanouira au contact des problèmes que vous devez affronter. On raconte l’histoire de ce fermier, éleveur de poulets, dont la ferme était souvent inondée et qui perdait régulièrement une bonne partie de ses volailles. Ecoeuré et désespéré, il s’écria un jour devant sa femme : « Que puis-je faire ? Je ne peux ni acheter une autre ferme mieux placée, ni vendre celle-ci ! Que puis-je donc faire ? » Elle répondit avec flegme : « Elève des canards ! » Un leader doué de sagesse commence par prier, puis cherche une solution à chaque problème avant d’agir en conséquence.

3- Être aussi doué de compassion. Bob Pearce a dit : « Oh ! Que mon coeur soit brisé par tout ce qui brise le coeur de Dieu ! »Matthieu a écrit : « Voyant la foule, il fut ému de compassion » (Matthieu 9.36). Pasteur (facilitateur), par quoi vous sentez-vous ému ou bouleversé ? Par le projet d’extension de votre église ? Par l’augmentation de votre budget ? Par les foules qui assistent à vos cultes ? Les foules sont exigeantes et épuisantes. Mais, comme Madeline L’Engle a dit : « Si je dois m’occuper du moineau qui tombe à terre, je ne peux choisir qui va devenir ce moineau. »

Avant de pouvoir dire : « Seigneur, envoie-moi ! », demandez-vous : « En suis-je vraiment capable ? » « Je répondis : Me voici, envoie-moi. » Esaïe 6.8

Source: Bob Gass vendredi, le 29 janvier 2010 http://www.saparole.com/?page=texte&date=2010-01-29

Ce contenu a été publié dans Encouragement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *